Une go "choco" à Abidjan!

vendredi 8 février 2013

Le Marabout qui soigne tout


Dimanche dernier, j'étais chez ma Tantie "tchrrrouu" comme j'aime l'appeler, car elle est championne du monde de l'expression "tchrrrrouuuu". Elle peut le dire de toutes les manières: courtes ou longues voire extra-longues (si si, elle a du souffle), avec onomatopées ou sans, après un fou rire ou une toux, dans toutes les situations... Bref! Elle maîtrise le "tchrou" made in Ivory Coast à la perfection! 
Tout ce qui l'énerve se termine par "tchrrrou", or beaucoup de choses l'énervent en ce moment dans pays là!

Donc je suis allé manger alloco chez ma Tantie et comme elle est trèèèès affairée*, elle avait une nouvelle qui était trop lourde dans sa gorge*, il fallait qu'elle raconte ça. Alors que, c'est sa voisine qui lui a confié le ken*, en lui disant de ne pas en parler autour d'elle. Mais comme tout le monde le sait: bouche d'Ivoirien ne porte pas caleçon*!

Voici donc l'affaire divulguée:



Dans son quartier, une dame désirait avoir un enfant depuis bien longtemps. Elle et son mari ont tout essayé. Les aphrodisiaques tels que chocolat, gingembre, cure-dent Gouro (l'équivalent du viagra chez les Blancs), les médicaments de l'indigénat, toutes sortes de plantes, bouillies dans canaris*, tout!  Mais toujours rien! Jusqu'au jour où, déterminés, ils se sont décidés à aller voir un marabout: 
Abou, le marabout-qui-soigne-tout, grand guérisseur de son état, sis à Abobo, dans un péti* couloir noir d'un glôglô* de la ville.



Le marabout - la tête dégarni, le visage creux, le corps sec et chétif  vêtu d'une simple jupe en rafia sur un tchakoto* - dans toute la splendeur de sa démonstration folklorique à coups de tremblements de torse, d'expressions zygomatiques exagérées, de cauris jetés avec fracas au milieu de cheveux de maïs, de colas et de coques de coco cassées, réunis sur une natte*, de crachas dans son poing renfermant de la poudre de kaolin*, agrémentés de cris de guerre intempestifs, parsemés de spasmes tirés tout droit de l'Exorciste... a usé de tous les effets spéciaux artisanaux pour tenter de les impressionner. 

Ma Tante: "Han! Fallait pas le voir?! Il gigotait devant eux jusqu'à il a falli se blesser! C'est quel travail ça? Prrrrr! Un Plin-an-tin* comme ça!! tchrrrrouuuuu!!" (Comme si elle y était.)

Après son échauffement, le marabout fini par dire: "D'ici fin d'année là, nenfant va véni!"
Convaincu, le couple reparti avec leur ordonnance ou plutôt la facture ou plutôt la liste des courses du marabout: "Ti payes pintade avec 2 têtes. Si ya pas, faut prendre mouton, son gros-gros, ça qu'on appelle bélier là, hein?! Ti vois non? Et pu, tu payes sac de riz 50 kg, tomates, oignons, colas... Et pu ti viens me donner, yo va faire sacrifice pou vous, nefant va sortir." (Le mec avait la dalle!) 

Le sacrifice fut fait et dans l'année, en effet, un petit garçon naquit. L'enfant grandit ooh, l'enfant grandit, mais il ne parle pas. Arrivé à l'âge de s'exprimer, l'enfant ne dit toujours pas un mot. Il est là, tout mou, tout inexpressif, passif. Pas un seul "areuh-areuh", pas un "papa" ni un "maman". Les parents inquiets, repartirent voir le marabout pour conjurer le mauvais sort.

(Bon, je vous épargne les détails, les incantations et la chorégraphie désarticulée du gars savamment imitée par ma Tantie, car je crois que dans son récit, elle n'était plus du tout objective. J'ai cru assister à un film de Jackie Chan, donc on va en rester là).

Un dimanche après-midi, toute la famille s'est réunie dans le salon et discutait gaiement. Alors, une petite voix d'enfant s'élève et dit "Taaantttttiiiie". 
Silence. Tous se retournent vers l'enfant, étonnés. 
- "Wouh, l'enfant là a parlé!" 
- "Mhhmm est-ce que c'est vrai? On n'a pas bien vu hein!"
Et on entend à nouveau "Taaantttttiiiie!!"
Cette fois, tous ont vu les lèvres de l'enfant bouger. Il a bel et bien commencé à parler. Les parents poussent des cris de bonheur! Tous s'exclament! Les hommes commencent à danser gbé-gbé et les femmes exécutent des déhanchées, tellement ils sont en joie. 
Et tout d'un coup... Kplou!!! La Tantie est tombée à terre! Morte!
"Woooobouuuu!!! C'est quoi ça?" Tout le monde se demandent "Mais qu'est ce qui s'est passé?"
Les parents se précipitent autour du corps inerte et cherche à réanimer la belle-soeur tombée au sol, oubliant le petit garçon. 

De sa petite voix fluette, l'enfant s'exprime à nouveau "Graaaand-frèèèère!"

(A ce moment là, ma Tantie-tchrou rajoute elle-même des effets spéciaux dans l'histoire là!)

"Les gens se sont paralysés en même temps, dans la maison là. L'enfant a cité son grand-frère-oooh! Tout le monde regarde le pauvre grand-frère en ralenti. Et puis dans même ralenti là, tout le monde din-din* le petit garçon là maintenant. Mouches-oooh, moustiques-oooh, tout le monde s'est bloqué en l'air! Qui peut parler? Faut pas il va citer nom de quelqu'un encore! Aaaahh ouaaiiis, là ya drap! Le grand-frère lui-même, sueur coule sur son front. Trop tard, il ne peut plus fuir, l'enfant là a dit son nom. Où il va se mettre? Il est déjà cadavéré*. Il allait faire pipi sur lui quand... "Gbou!" C'est fini! Lui aussi, à terre!
Tchiéééé!! Faut pas voir les gens dans la maison là maintenant! Ca commence à pleurer. "Gnamien-oooh!! Gnamien* sauve nous oooh! Péti, on t'a fait quoi ooohhh! On a prié pour que tu parles, mais maintenant là, pardon, faut te taire oooh!" 

Mais l'enfant est décidé et dans sa lancée, il jette un "Paaaapaa!!"
C'est gâté!!
Le père, resté digne jusque là, son visage s'est figé et subitement, dans un relâchement désespéré, il s'est mis à pleurer à chaude larmes et dit "Eeeeh mon Péti*, tu m'as tué oooh, tu m'as tuééé!! Ta bouche-maudite là a cité mon nooom-oooh! Je suis foutu, je vais mourir."

Ses plaintes ont été interrompues par des cris transperçant le mur "Wééééé!!! Wéééé-oooohh!" Ca se passe chez les voisins! Le chef de famille d'à côté est tombé raide mort! Deuil est arrivé chez eux là bas comme ça!

A cet instant, les larmes du papa ont cessé de couler, Net! Il a compris qu'il n'était pas le père de l'enfant. Il s'est dirigé vers sa femme, l'a prise dans ses bras et lui a dit: "Ehh chérie, merci-oooh, merciiiii de m'avoir trompé! Et Seigneur, tu m'aimes! Ce n'était pas mon jour, merciiii oooh chérie, tu m'as sauvé!"

Moralité de l'histoire d'après ma Tantie: "On vous a déjà parlé: Marabout, c'est pas bon! Avant de monter et descendre là, faut regarder sur le côté! Tu as dépensé ton argent dans médicaments et dans sacrifices jusqu'àààà...!!! Djaaaah y'avait garçon-pile* à côté de chez toi! Si dès le début, tu avais prit pour toi là bas* en douce*, ça faisait quoi? Voilà maintenant, gaspillage! Les choses comme ça m'énervent façon! Tchrouuuuuuuuu!!!!!"


Ayiwa!


P.S: Comme il s'agit de "on dit" là, on va dire que cet épisode est inspiré d'une histoire vraie, mais qu'il doit y avoir beaucoup de versions et ma Tantie fait partie des scénaristes.


Affaire de cure-dent Gouro!


Episode de l'émission satirique "Faut pas Fâché" - La Solution 3/3




Lexique:
* Trchou: sifflement réalisé en aspirant de l'air tout en serrant les dents. Cette interjection peut exprimer un sentiment d'énervement, de mépris, de dédain à tel point que c'est considéré comme une insulte lorsque c'est directement adressé à quelqu'un. 
* Affairée: commère.
* Une nouvelle trop lourde dans sa gorge: Elle ne pouvait pas garder le secret.
* Le ken: le secret (dans ce contexte).
* Bouche d'Ivoirien ne porte pas caleçon: ne sais pas garder un secret.
* Cure-dent Gouro: un cure-dent qui a des propriétés aphrodisiaques.
* Canaris: récipient en terre cuite qui sert de marmitte. 
* Péti: petit.
* Glôglô: un coin mal famé.
* Tchakoto: slip traditionnel en tissu ressemblant à une grosse couche.
* Kaolin: argile blanche.
* Natte: tapis réalisé à l'aide de fil (généralement) en plastique entrelacé.
* Plin-an-tin: un plaisantin.
* Din-din: regarder.
cadavéré: mort
* Gnamien!: Seigneur!
*monter et descendre: faire tout ces tralala.
*garçon-pile: un homme virile.
* prendre pour soi: se servir, s'emparer de ce qui est bien pour soi.
*en douce: ni vu ni connu.

2 commentaires:

RitaFlower a dit…

Tu arrives à transformer un drame,la stérilité d'un couple marié en une situation caucasse et comique.Le désespoir pousse les gens à faire des choses bien étranges.J'en pleure de rire.L'infidélité de la mère qui sauve la vie à son mari au détriment de son amant.C'est dommage que ce soit l'enfant qui paye les pots cassés des parents. Comme j'aime bien les"HAPPY END". C'est bien que cette histoire se soit bien terminée pour tout le monde.J'ai peur des marabouts,perso qui provoque plus de problèmes que des solutions... quel scénariste,ta tantie.Blague à part,je pense que ça serait un bon film.Qu'est-ce qu'elle est drole,cette Yoyo et c'est de famille en plus.J'adooooooooooore!!

Yoyo Jolie a dit…

Merci Rita!!! En te lisant, je me suis imaginée l'histoire en film et tu as raison ça peut marcher!
Je voulais montrer combien les gens se trompent parfois à chercher des moyens chez le marabout alors qu'il s'agit d'un problème médical, qui peut sans doute se résoudre simplement. En effet, beaucoup de gens ignorent que la stérilité peut être temporaire chez l'homme comme chez la femme, et que c'est parfois un symptôme d'un autre mal. Une fois le mal trouvé et soigné, la stérilité temporaire s'efface. Mais chez nous en Afrique tout est mystique et on n'explore pas d'autres potentielles voies.
En tout cas, c'est vrai, on sait imaginer les histoires dans notre famille là! lool Bisous Rita!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

© Yoyo La Jolie, AllRightsReserved.

Designed by ScreenWritersArena